# JOURNAL DE CONFECTION – ÉPISODE 4 #

le 24 avril 2020 par Sylvain Lapoix

CA COMMENCE A CHIFFRER A LA PETITE USINE : 1156 visières made in 93 livrées en deux semaines [1], ça compte. Pour nous, pour vous, pour pas mal de gens.

NOUS AVONS LES COULEURS ALIGNÉES DANS UN TABLEAU [2]. Chaque demande qui nous parvient, c’est une ligne en commande poussée par le formulaire : 5, 15, parfois 100 d’un coup. Parfois en plusieurs fois. Mercredi matin, livraison à la Clinique de Pierrefitte-sur-Seine, un établissement spécialisé en rééducation avec une aile de gériatrie. 100 lits et des dizaines de Covid+ sous les draps. Nos trois cartons de 100 visières, c’est un petit écran contre des gouttes d’eau. La directrice a rameuté un bout d’équipe de bon matin pour prendre la pause. Clic [3]. “Décathlon nous a donné 10 masques avec des tubas, nous raconte-t-elle. Sans les dons, on tiendrait pas”. Ici, les visières, ça compte.

DE CARTON EN CARTON, CA FINIT PAR EN FAIRE DES MURAILLES : 1156 visières, c’est 450 visières robustes (modèle RC3) rien que pour l’Hôpital Delafontaine (page officielle) et ses différents services [4], 60 pour les maraudes du Caso de Médecins du Monde France (l’antenne banlieue de l’ONG) livrées jeudi matin [5] … le tout distribué sur 9 jours ouvrés depuis lundi dernier. Continuité pédagogique, sortez vos calculettes : ça fait 128,4 par jour dont la moitié pour le seul secteur hospitalier [6]. Maintenir le rythme, on y compte bien.

POUR ÉNUMÉRER TOUT CA, IL NOUS A FALLU UN PETIT BATAILLON DE SAINT-DENIS ¹, version révolution sanitaire imprimée en 3D. Sabre au clair, le seul patron, c’est le gCode ² des imprimantes. Par escadron de six ponceurs et ponceuses, rattacheur·ses d’élastiques et quartiers maîtres des buses, 20 bénévoles sur 40 volontaires se sont succédé sur un champs de bataille en parquet de 80 m² sur la butte de la Coopérative Pointcarré [7]. Distance de sécurité, un mètre minimum, marquage sur les tables. La base de l’engagement.

DEHORS, A PIED, A VÉLO, EN BAGNOLE ET SOUS LE MASQUE, six livreur·ses ont sillonné le département [8]. Notre plus grande diagonale ? Rue Gabriel Péri – EHPAD Emile G à Livry-Gargan (le plus gros du départmenet) : 15 kilomètres par l’A86 et 100 visières Europe au bout de la course [9]. Nous avons pu compter sur elles et eux.
Il reste du temps, il reste des places, il y a un formulaire pour les volontaires -> https://docs.google.com/…/1FAIpQLSeS8DxSDzrpFgF2mN…/viewform

ET LES MACHINES ONT BOUFFÉ, SIFFLÉ, GROGNÉ … et déroulé : 27 bobines de PLA pour les imprimantes 3D, 24 plaques de plexi manchonnées dans la découpeuse laser et 600 mètres d’élastiques bien tendus derrière les oreilles des visières. Le ravitaillement aussi a jour local : l’harmonie municipale a fait tomber le décor pour nous donner du plastique à tordre et des élastiques à tendre [10]. Le proviseur du College Didier Daurat a passé un colis de 200 feuilles de rhodoïd, de bobines et même une imprimante en renfort [11] … et d’autre encore, on tient les comptes.

LA FACTURE NE S’EST PAS MANGÉ TOUTE SEULE : vous êtes 90 à avoir découpé votre morceau. De 10 euros ici à 150 euros là, NOTRE CAGNOTTE LEETCHI A CENTRALISE 3500 EUROS pour financé cet effort de solidarité. Vous nous avez aidé sans compter.

MAIS LA CAMPAGNE EST ENCORE LONGUE. Jusqu’au 11 mai et même au delà, les hôpitaux, médecins, acteurs du secteur médico-social et associatif continuent de demander une pièce d’armures ou deux pour pouvoir faire leur boulot. A qui s’ajoutent les commerçant·es de la Ville de Saint-Denis et de Plaine Commune qui vont rouvrir progressivement avec parfois, pour seule fortification, un voile de plastique scotché au plafond. Nous avons commencé à distribuer des visières Europe pour les plus proches, comme le Franprix de la rue Auguste Poulain [12].

VOS DONS SONT TOUJOURS LES BIENVENUS pour continuer d’ajouter des maillons à notre chaîne de solidarité.
-> https://www.leetchi.com/c/fabrication-de-visiere-de-protect…

PARCE QUE RÉDUIRE LA DISTANCE EN TOUTE SÉCURITÉ est notre seul objectif. Chaque mètre de moins entre nous, c’est une personne entrée dans ce collectif qui nous a permis de le gagner.

Et ce collectif, c’est vous. Alors, merci à vous !

Envie de répandre, propager, diffuser ?